Catégorie > Histoire et géographie

Dissertation sur le colonialisme et de son impact en Afrique

Posté par Helper le 19/04/2021 à 17:18:41

Introduction


Le colonialisme est la domination directe et globale d'un pays par un autre sur la base du pouvoir d'État aux mains d'une puissance étrangère (par exemple, la domination directe et globale du Nigéria par la Grande-Bretagne entre 1900-1960). Le premier objectif du colonialisme est la domination politique. Son deuxième objectif est de rendre possible l'exploitation du pays colonisé.
Lorsque nous parlons de colonialisme en Afrique, nous parlons de phénomène qui a eu lieu entre les années 1800-1960. C'est un phénomène qui fait partie intégrante d'un autre phénomène appelé l'impérialisme. En fait, le colonialisme est une forme directe d'impérialisme. C'est pourquoi on dit souvent que «tout colonialisme est impérialisme, mais tout impérialisme n'est pas colonialisme».

Le colonialisme a commencé à la suite de changements dans le mode de production en Europe (par exemple, l'émergence de la révolution industrielle). La révolution industrielle a inauguré un nouveau processus de production à la place de l'économie esclavagiste antérieure. La révolution industrielle était une tendance révolutionnaire dans l'histoire de l'humanité. Le problème de la lubrification des machines s'est posé avec l'émergence de la révolution industrielle. La traite négrière et l'esclavage ont à cette époque rempli leur fonction fondamentale de fournir le capital primitif. La recherche de l'investissement du capital accumulé et le besoin de matières premières ont conduit à la colonisation de l'Afrique.

L’objectif principal de l’étude est l’analyse du colonialisme et de son impact en Afrique. Les travaux seront examinés sous deux grandes rubriques. Le premier concerne les raisons de la colonisation de l'Afrique et les stratégies utilisées pour atteindre les objectifs coloniaux. Le second concerne les impacts du colonialisme en Afrique.

Raison de la colonisation de l'Afrique et des stratégies utilisées pour atteindre les objectifs coloniaux



La colonisation de l'Afrique par les puissances européennes a été rendue nécessaire par plusieurs facteurs. Parmi les facteurs notables figurait l'émergence de la révolution industrielle qui a entraîné un changement rapide dans la transformation socio-économique et la technologie des pays européens.

La révolution industrielle a conduit à une augmentation de la production. Les progrès de l'industrie sont allés plus vite que les progrès de l'agriculture. Il devenait de plus en plus difficile pour l'agriculture de satisfaire la demande de matières premières nécessaires dans les industries. Il y avait donc le besoin pour les puissances européennes, par exemple les Britanniques, de sortir du pays pour chercher des matières premières supplémentaires. En outre, en raison de la baisse de la production agricole, le problème se posait de savoir comment produire suffisamment ou une nourriture adéquate pour nourrir la population urbaine à croissance rapide. En d'autres termes, les zones rurales de Grande-Bretagne, par exemple, trouvaient de plus en plus difficile
produire suffisamment de nourriture pour nourrir la population urbaine croissante. De même, il y avait également un besoin de marché, non seulement pour la production de matières premières, mais aussi pour la nourriture pour soutenir la population croissante. En raison de l'augmentation rapide de la technologie, de nouveaux produits ont été fabriqués à un rythme plus rapide que celui dont les populations pouvaient disposer.

L'Afrique, avec sa grande population, constituait un marché prêt pour ces produits. En outre, en raison des bas salaires payés aux travailleurs, les industriels ont accumulé des bénéfices à un rythme plus rapide qu'ils ne pouvaient réinvestir. Il y avait une sous-utilisation des capitaux en Europe à cette époque, et un besoin de trouver où ces capitaux seront transportés et investis pour la création de nouveaux produits.
C'est au cours de ce processus d'investissement du capital excédentaire qu'émerge l'impérialisme.

Chinweizu, tout en discutant de la conquête européenne de l'Afrique, a noté que «lorsque l'Europe a été le pionnier du capitalisme industriel, ses demandes sur les ressources du monde ont considérablement augmenté. En plus d'obtenir des épices pour ses tables et de la main-d'œuvre pour ses mines et plantations dans les Amériques, l'Europe s'est mise à saisir pour ses usines les ressources minérales et agricoles du monde entier. Son besoin d'amener la main-d'œuvre africaine aux Amériques a diminué. Elle avait besoin à la place de mettre la main-d'œuvre africaine au travail en Afrique, en déterrant pour elle les richesses des mines africaines; les sociétés commerciales qui, depuis des siècles, achetaient et vendaient sur la côte africaine se sont révélées insuffisantes pour saisir et transporter les matières premières de l’arrière-pays africain. L’Europe ressent maintenant le besoin d’exporter sa puissance dans l’intérieur de l’Afrique pour réorganiser les fermes, les mines et les marchés pour un plus grand profit de l’Europe.
Ses aventures se sont regroupées, ont obtenu des chartes de leurs gouvernements nationaux, et sont venues s'emparer des marchés africains, des intermédiaires africains avec lesquels pendant des siècles l'Europe s'était contentée de commercer. Les dirigeants côtiers africains ont naturellement résisté à tous les empiétements et se sont battus pour maintenir le statu quo. Ils se sont efforcés de conserver leur position d'intermédiaires, en important et en distribuant des marchandises européennes dans l'arrière-pays, en collectant les produits des marchés de l'arrière-pays et en les vendant aux marchands européens qui venaient sur la côte. Cependant, la nouvelle race de marchands européens voulait un accès direct aux marchés de l'arrière-pays afin qu'en éliminant les bénéfices des intermédiaires africains, ils puissent accroître les profits européens et superviser directement la production africaine. La situation était mûre pour le conflit ». Il y a eu une lutte et un conflit sévères entre les colonialistes et les chefs africains dans la tentative de prendre le contrôle total de l'économie africaine.

Les colonialistes avaient besoin de matières premières pour leurs industries et de la façon dont les économies africaines étaient organisées à l'époque, ils n'étaient pas sûrs d'un approvisionnement régulier en matières premières nécessaires. Cette situation a nécessité la recherche d'une prise de contrôle et d'un contrôle directs de l'économie et de l'administration des enclaves et des États africains. Les colonialistes devaient diriger l'économie de manière à produire les matières premières nécessaires. Par exemple, si les colonialistes avaient besoin d'huile de palme pour leur industrie de fabrication de savon, ils devaient obliger les Africains à se concentrer sur la production de ce produit en quantités commerciales afin que l'industrie concernée puisse disposer d'un approvisionnement suffisant et régulier de ce produit. Si les colonialistes ne prenaient pas le contrôle total et ne dirigeaient pas la production dans l'économie, les Africains qui en sont les producteurs pourraient décider de
produisent des ignames plus que de l'huile de palme, car c'est peut-être ce qui est très demandé dans l'économie locale.

Les colonialistes ont également dû prendre le contrôle direct de l'économie et de l'administration politique africaines afin de produire le type de nourriture nécessaire à leurs travailleurs industriels dans leur pays. L'une des raisons de la colonisation de l'Afrique, comme nous le savons, est que les colonialistes avaient besoin d'un approvisionnement alimentaire supplémentaire et d'épices pour le jeûne.
augmentation de la population urbaine à la suite de la révolution industrielle. La révolution industrielle s'est d'abord accompagnée d'un déclin de la production agricole en Europe et, par conséquent, il était difficile pour les zones rurales de produire suffisamment de nourriture pour la population urbaine croissante. Il y avait donc un besoin de marché non seulement pour la population de matières premières, mais aussi pour la nourriture pour soutenir la population croissante.
De même, il fallait que le colonialiste prenne le contrôle direct de l’économie et de l’administration politique africaines afin de réorganiser l’économie et les marchés pour permettre l’intégration dans le marché mondial et l’économie internationale.

L'économie africaine avant la colonisation était primitive et basée sur le système de troc. L'un des objectifs du colonialisme étant de trouver un marché pour les produits manufacturés européens et les matières premières pour les industries, il était nécessaire d'établir un lien organique entre l'économie et le marché africains avec celui du système international contrôlé et dirigé par les colonisateurs. Grâce au contrôle direct de l'économie africaine et de l'administration politique, le colonialisme a été rendu possible.

L'Afrique a été contrainte ou forcée d'accepter la division internationale du travail qui lui a assigné le rôle obligatoire de production des matières premières agricoles requises par les industries en Europe.
Ceci explique pourquoi jusqu'à aujourd'hui, le rôle de l'économie et des États africains sur le marché mondial ou le commerce international est la production de biens primaires et de produits agricoles. Les pays avancés d'Europe contrôlaient la production de produits manufacturés. Comme nous le savons, l'une des raisons de la colonisation de l'Afrique était la nécessité d'un marché approprié où les nombreux produits manufacturés européens pourraient être facilement écoulés à un profit raisonnable. Étant donné que l'économie africaine était essentiellement basée sur le système de troc, il était nécessaire de monétiser l'économie pour qu'elle soit conforme au marché européen et aux normes commerciales internationales. Cet argent a été présenté comme le seul moyen d'échange officiel acceptable et pour le faire respecter, il était nécessaire que le colonialiste prenne le contrôle direct de l'administration des colonies africaines.

En outre, il fallait aussi que le colonialiste prenne le contrôle total de l’économie et de l’administration africaines pour faire de l’Afrique une nation consommatrice de produits manufacturés européens. Si cette situation n'était pas garantie, cela affecterait le développement et les progrès de la nouvelle industrialisation en Europe, car la plupart des industries seraient obligées de fermer s'il n'y a pas de marché et de consommateurs prêts pour leurs produits. Le contrôle direct de l'économie africaine et de l'administration politique a également permis au colonialiste de s'assurer que les colonies ou États africains ne se lancent pas dans l'industrie manufacturière. Elle a contribué à restreindre les Africains et leur technologie aux confines ou au rôle de produire uniquement des produits primaires ou des matières premières agricoles dont les industries en Europe ont besoin. C'est la raison principale pour laquelle les États africains trouvent aujourd'hui très difficile de s'industrialiser et de se lancer dans la fabrication à part entière. Cela explique également pourquoi l'Afrique est un pays consommateur de produits manufacturés étrangers. La situation explique également le sous-développement actuel des États africains et de leur technologie.

Le colonialiste a dû prendre le contrôle direct de l'économie et de l'administration africaines comme moyen de protéger les capitaux qu'ils avaient transportés d'Europe pour être investis en Afrique. Nous sommes conscients que l'une des raisons de la colonisation de l'Afrique était que les colonialistes cherchaient où investir le capital excédentaire accumulé à la suite de la révolution industrielle. Les commerçants européens ont estimé que pour une gestion efficace et efficiente, ainsi que pour maximiser les capitaux transportés vers les colonies africaines, il était nécessaire que leurs gouvernements d'origine prennent le contrôle direct de l'économie africaine et de l'administration politique de la région ou accordez-leur la permission de le faire par une charte.
Une telle charte, par exemple, a été accordée à la Royal Niger Company par le gouvernement britannique jusqu'en 1900, date à laquelle elle a été révoquée et le gouvernement britannique a dû prendre le contrôle et l'administration complets du Nigéria.

Le capital apporté par les marchands européens devait être protégé par le contrôle direct et l'administration des colonies afin de créer une atmosphère propice à son fonctionnement. Il est important de noter qu'au départ, les Africains manquaient du type de technologie nécessaire à l'exploitation et à la maximisation des capitaux exportés.

Il est donc nécessaire de réorganiser et de réorienter la main-d’œuvre africaine pour s’adapter aux besoins et aux demandes du capital exporté. Pour intéresser les Africains à travailler pour les Européens ou les industriels / commerçants qui avaient exporté la capitale, il fallait recourir à la contrainte ou à l’usage de la force. Les capitaux transportés et la vie organisationnelle industrielle qui y était associée étaient étrangers à l'économie et à la main-d'œuvre africaines. Il était donc difficile pour les Africains de se déplacer volontairement et volontairement pour chercher du travail dans les nouvelles industries développées avec les capitaux exportés. Le problème ou la question était alors de savoir comment les Africains pouvaient être contraints de travailler dans les nouvelles industries et de changer leur attitude professionnelle en celle de la vie industrielle sans révolte ou avec un minimum de violence. La seule option était de prendre le contrôle direct de leur économie et de leur administration politique, puis d'utiliser l'appareil gouvernemental par la proclamation de lois pour les contraindre à quitter leur enclave et à abandonner leur système de production traditionnel au détriment de celui de leurs colonisateurs. D'où la nécessité d'une colonisation directe des territoires africains et l'impérialisme qui en résulte.

La question que nous souhaitons maintenant se poser est la suivante: quels facteurs ont rendu possible la colonisation directe de l'Afrique par les puissances européennes? En d'autres termes, quelles stratégies les colonialistes ont-ils utilisées pour maintenir leurs économies directes et leur domination politique sur les États ou territoires africains pendant la période de domination coloniale du continent?
Les colonialistes ont utilisé un certain nombre de méthodes et de stratégies pour contraindre les Africains à se soumettre au colonialisme et à l'administration coloniale. Celles-ci comprenaient l'utilisation de la conquête, le travail forcé, la fiscalité, la monétisation de l'économie et le paiement de bas salaires.
Nous souhaitons maintenant examiner comment les colonialistes ont utilisé les stratégies / méthodes ci-dessus pour maintenir une occupation et une administration efficaces de leurs territoires africains pendant la période de domination coloniale sur le continent.
La première méthode ou stratégie utilisée par le colonialiste pour coloniser et maintenir une occupation et une administration efficaces des territoires africains était la conquête.
Les différents États ou territoires africains ont été conquis politiquement, économiquement, culturellement, socialement et réduits en esclavage.

Commentant l'assaut et la conquête par l'Europe occidentale sur le reste d'entre nous, Chinwezu a justement noté ainsi: «Depuis près de six siècles maintenant, l'Europe occidentale et sa diaspora perturbent la paix du monde. Eclairé, à travers leur Renaissance, par l'apprentissage de l'ancienne Méditerranée; armés du fusil dont ils avaient appris la fabrication de la poudre des pétards chinois; équipant leurs navires de voiles latines, d'astrolabes et de boussoles nautiques, tous inventés par les Chinois et leur ont été transmis par les Arabes; fortifié dans un esprit agressif par un christianisme arrogant et messianique des variétés papiste et protestante; et motivés par l'attrait du pillage enrichissant, des hordes blanches ont quitté les pays d'Europe occidentale pour explorer, attaquer, piller, occuper, gouverner et exploiter le reste du monde.
Et même maintenant, la fureur de leur assaut expansionniste contre le reste d'entre nous n'a pas diminué ».
La conquête a permis aux puissances européennes qui étaient les colonisateurs de prendre le contrôle direct et l'occupation effective des territoires africains. Selon Chinweizu, en réponse à la pression de leurs commerçants, les puissances européennes ont commencé à interférer systématiquement avec la souveraineté des États africains et à s'immiscer dans leurs affaires intérieures. Les Européens ont commencé à aider une faction à déposer un dirigeant et à en installer un autre, et à décerner des honneurs, des titres et une reconnaissance à ceux dont ils trouvaient qu'il était dans leur intérêt de soutenir le règne. Les objectifs officiellement annoncés d'une telle ingérence étaient de
supprimer la traite des esclaves et promouvoir la traite «légitime».
Comme ailleurs dans le monde, avec les Britanniques en tête, l'insistance des Européens à dominer le commerce a amené la diplomatie de la canonnière sur les côtes de l'Afrique. La puissance industrielle européenne, incarnée dans les canonnières, était venue surprendre l'Afrique. L'effet général était de saper le pouvoir et la souveraineté des États africains. Cette ère de diplomatie de la canonnière, d'ingérence consulaire et d'intrigues des commerçants a été inaugurée en 1810 lorsqu'un escadron britannique de quatre navires avec un total de quatre-vingt-dix-huit canons a été envoyé pour patrouiller à quelque trois mille miles de la côte ouest-africaine. Sa mission était double: faire appliquer la loi britannique de 1807 déclarant illégale la traite des esclaves et protéger les «commerçants légitimes» britanniques, c'est-à-dire ceux qui ne faisaient pas de commerce d'esclaves.

L'arrivée de l'escadron a révélé la faiblesse militaire et politique des États africains. Là où les dirigeants africains avaient, pendant plus de trois siècles, protégé le commerce dans leurs domaines et garanti la paix des marchés côtiers, ils ne pouvaient plus le faire. Leur capacité, et par conséquent leur droit, de déterminer les règles et les limites du commerce dans leurs domaines s'estompent sous l'ombre des armes britanniques. Une canonnière les abritant, les commerçants britanniques ont rapidement perdu leur peur et leur respect pour les autorités des États côtiers et des principautés d’Afrique. Ils ont commencé à intriguer et à éloigner les commerçants africains du contrôle du côté africain du commerce euro-africain. Avant longtemps, les Britanniques leur ont imposé des traités commerciaux inégaux et ont insisté pour qu'ils ouvrent les marchés de leur arrière-pays à la participation britannique. Lorsque les dirigeants africains ont résisté à ces demandes, des guerres commerciales et des guerres de tir ont éclaté ». En fait, la conquête ou l'usage de la force était la stratégie la plus efficace et la plus efficace qui ait permis aux colonialistes européens de maintenir le contrôle et la domination directs de l'économie et de l'administration politique africaines.

Outre la conquête, un autre instrument ou stratégie efficace qui a permis aux colonialistes de maintenir un contrôle direct et une occupation effective des territoires africains était le recours au travail forcé. Les Africains ont été contraints de travailler dans les plantations et les industries coloniales.
Les Africains n'étant pas habitués à l'économie et au système de production coloniaux, il était nécessaire de les contraindre par la force à travailler pour les colonialistes. En effet, puisque la nouvelle économie leur est étrangère, il n'y avait aucun moyen pour eux de donner leur force de travail volontairement et volontairement. Pour forcer les Africains à travailler dans les mines, les plantations de sucre et les industries, les colonialistes ont utilisé un certain nombre de stratégies
pour les contraindre à rendre leur main-d’œuvre disponible.
Commentant l'ordre colonial et le recours au travail forcé en Afrique, Chinwezu a observé que «étant par conquête devenus maîtres du continent, les dirigeants européens de l'Afrique ont commencé à s'emparer des ressources et à organiser leur règne pour un long et profitable séjour».
D'abord, ils ont commencé à retirer de l'utilisation africaine de l'occupation quelle que soit la terre qu'ils voulaient, et ils ont simultanément assemblé la main-d'œuvre africaine pour extraire la terre pour l'or, le cuivre, les diamants, l'amiante, l'étain, le fer et le zinc, ou pour la cultiver pour la laine, le sisal, huile de palme et amandes, coton, cacao, caoutchouc et arachides. Mais comme les Africains hésitaient à se déposséder de leurs terres et ne voulaient pas travailler pour le profit des Européens, les terres que voulaient les Européens ont dû être confisquées et le travail africain contraint. Le moyen de le faire était l'adoption par une race dirigeante blanche de mesures juridiques destinées expressément à contraindre les indigènes auxquels ils s'adressent à quitter la terre qu'ils occupent et par laquelle ils peuvent vivre afin de travailler au service des blancs pour le privé. gain de l'homme blanc. Lorsque les terres autrefois occupées par les indigènes sont confisquées ou annexées pour les propriétaires blancs, la création d'une offre de main-d'œuvre parmi les indigènes dépossédés est généralement un objet secondaire ».
Oui, la création d'une offre de main-d'œuvre à partir des indigènes dépossédés est une question secondaire parce que les gens vivaient sur la terre et gagnaient leur vie ou leur survie en labourant et en travaillant la terre. Depuis qu'ils ont été dépossédés de leurs terres, ils n'ont pas d'autre moyen de survie ou de subsistance que de travailler pour les colonialistes à contrecœur. Ils ont été contraints de travailler pour le colonialiste parce qu'ils doivent survivre avec les membres de leur famille.
Chinwezu a en outre noté qu'une autre méthode utilisée par les colonialistes pour contraindre les Africains à travailler était la contrainte légale. En Sierra Leone, par exemple, une «taxe de hutte» élevée et lourde a été imposée. Sa collection a été durement appliquée. Dans d'autres, pour gagner de l'argent pour le payer, les Africains ont dû vendre leur travail à des hommes blancs. Là où la fiscalité n'a pas réussi à fournir une offre adéquate de main-d'œuvre africaine, les ordonnances sur le travail obligatoire ont rendu «obligatoire pour les personnes des classes laborieuses de donner du travail à des fins publiques lorsqu'elles étaient appelées par leurs chefs ou d'autres supérieurs indigènes. En 1895, une telle ordonnance fut adoptée sur la Gold Coast pour obliger les chefs à fournir des transporteurs pour une expédition militaire contre Ashanti. Mais là où, comme en Afrique du Sud, les chefs n’ont pas, pour quelque raison que ce soit, fourni les quotas de main-d’œuvre qui leur avaient été attribués, des policiers autochtones ont été envoyés pour «collecter la main-d’œuvre». En Afrique du Sud, pour répondre aux demandes insatiables des mines, des méthodes plus fructueuses que les ordonnances du travail obligatoire ont été conçues.

Le grand plan était de briser le système tribal qui donne la solidarité et une certaine force politique et économique à la vie indigène; mettre le Kaffier sur une base individuelle en tant que négociateur économique, auquel il n'est absolument pas habitué, l'emmener par l'impôt ou par un autre «stimulus» de sa localité, le mettre dans des circonstances où il n'a d'autre choix que de travailler dans les mines » .
Grâce au travail forcé, les colonialistes ont pu maintenir un contrôle direct et une occupation effective des territoires africains. Leur contrôle et leur occupation effective de l’économie et de l’administration politique africaines étaient incontestés. Les colonialistes se sont approprié le surplus de main-d'œuvre de l'Afrique pour leur propre profit et leur développement. La main-d’œuvre africaine a été déshumanisée et incarcérée.
Une autre stratégie efficace utilisée par le colonialiste pour maintenir le contrôle et la domination directs des territoires africains était la fiscalité. La fiscalité sous la forme introduite par les colonisateurs européens était étrangère à la plupart des Africains. Certaines communautés africaines comme dans le nord du Nigéria payaient des impôts à leurs dirigeants, mais cela pouvait être en espèces ou en nature. L'autorité coloniale a insisté sur le fait que les Africains devraient payer leur impôt en monnaie coloniale. Cela impliquait que les Africains seraient obligés de travailler soit dans la fonction publique coloniale, soit dans les industries et les plantations afin de gagner la monnaie coloniale pour payer leurs impôts. Comme les Africains n'étaient pas autorisés à payer leur impôt en nature, comme l'utilisation d'ignames, de cacao-ignames, de bétail, d'huile de palme, etc., ils ont été indirectement contraints de mettre leurs services de main-d'œuvre à la disposition du colonialiste afin de gagner de l'argent pour rencontrer leur obligation civique coloniale. Les colonialistes ont imposé des impôts aux Africains pour deux raisons. Le premier était que c'était une source de travail pour leurs industries et plantations. La deuxième raison était qu'ils voulaient que les colonies supportent les frais de personnel et d'administration. Les colonialistes n'étaient pas intéressés à utiliser leurs propres fonds pour gérer les territoires et l'administration coloniaux. Leur politique était que tout ce qui était dépensé pour diriger l'administration coloniale devait être élevé et généré localement. La fiscalité était un très bon instrument efficace de mobilisation.

Travail africain pour travailler dans les plantations et les industries coloniales: la punition contre un fraudeur fiscal était énorme et écrasante. Les Africains redoutaient de ne pas payer d'impôts. L'évasion fiscale était très difficile parce que les colonialistes avaient mis au point un système très efficace de recouvrement et de responsabilité. Les colonialistes avaient un dossier ou des statistiques à jour sur les contribuables adultes dans n'importe quelle communauté. Dans certaines communautés, ils ont fait la collecte avec l'aide de l'institution traditionnelle. Les Africains ont également été amenés à considérer la fiscalité ou le paiement des impôts comme une responsabilité civique envers l'État. Cela impliquait qu'un délinquant était traité comme un criminel et que l'infraction commise était contre l'État.
Cette approche intimidante de la fiscalité était suffisamment forte pour contraindre presque tous les hommes africains adultes à chercher un emploi dans les services coloniaux afin de gagner suffisamment d'argent pour payer leurs impôts. Ainsi, la main-d'œuvre africaine a été mise à disposition pour un usage colonial.

La monétisation de l'économie africaine était un autre instrument ou stratégie efficace utilisé par les colonialistes pour prendre le contrôle direct et l'administration politique des territoires africains. Avant la colonisation, l'économie africaine reposait essentiellement sur le système de troc. De plus, même lorsqu'une sorte de monnaie était introduite, ces monnaies manquaient d'acceptabilité générale, étaient trop lourdes ou volumineuses et difficilement divisibles en unités d'échange plus petites. En fait, les monnaies n'avaient pas les bonnes qualités d'un moyen d'échange moderne. Il fallait que les colonialistes monétisent l'économie africaine pour l'intégrer au marché mondial et au commerce international.

Les monnaies introduites dans les territoires africains étaient celles utilisées par les colonialistes dans leur pays. Il leur était donc facile de réglementer l'utilisation et la valeur de la monnaie comme moyen de maintenir un contrôle efficace de l'économie africaine et de son administration.

Les colonialistes ont rendu la monnaie trop difficile à obtenir pour les Africains. La façon dont ils ont fait cela a été de rendre les prix des matières premières et des produits agricoles produits par les Africains trop bas. D'un autre côté, les colonialistes faisaient que les prix des produits fabriqués par eux étaient trop chers ou trop élevés, de sorte qu'un Africain dépenserait tout ce qu'il avait travaillé pendant un an ou plus pour acheter un peu des produits étrangers. L'implication de ceci était que les Africains continuaient à travailler dur et à mettre leur service de main-d'œuvre à la disposition des colonialistes afin de profiter de certains des produits manufacturés étrangers dont ils avaient besoin. La conséquence en était que tandis que les Africains continuaient de s'appauvrir, les bénéfices des colonialistes ne cessaient d'augmenter. Puisque la monnaie utilisée dans les territoires coloniaux africains était contrôlée par le colonialiste, ils déterminaient le caractère et la nature des développeurs de l'économie et de l'administration politique africaines. En fait, la monétisation de l'économie africaine et l'introduction d'une institution monétaire étaient un instrument impérialiste efficace utilisé par les colonialistes pour maintenir un contrôle et une domination efficaces sur les territoires africains.

La dernière stratégie utilisée par les colonialistes pour maintenir le contrôle direct et l'administration des territoires africains était le paiement de bas salaires aux Africains employés dans le service colonial. Le paiement de bas salaires aux Africains était considéré par les colonialistes comme une méthode ou une stratégie pour contraindre davantage d'Africains à mettre leurs services de main-d'œuvre à la disposition des plantations et des industries coloniales. Par exemple, si un homme était marié et travaillait pour le colonialiste, ce qu'il reçoit en tant que salaire ne pourrait pas le maintenir en vie, lui et sa femme, sa famille et ses proches. L'implication du bas salaire versé à l'homme africain était que sa femme, ses enfants, ses parents, etc. seraient obligés de rejoindre le service colonial pour joindre les deux bouts. C'était à l'avantage des colonialistes parce que plus de main-d'œuvre était disponible pour être utilisée dans les plantations et les industries. Si l'homme africain avait été initialement bien payé ou récompensé, il ne serait pas nécessaire que sa femme, ses enfants et ses parents rejoignent le service colonial. Au lieu de cela, ils auraient travaillé dans ses fermes ou se lancer dans le commerce. Le paiement des bas salaires était aussi efficace que d'autres stratégies évoquées précédemment, utilisées par les colonialistes pour maintenir un contrôle, une domination et une administration efficaces des territoires africains. Ce que nous avons l’intention d’examiner maintenant, c’est l’impact du colonialisme en Afrique.

L’impact du colonialisme en Afrique



L'impact majeur du colonialisme en Afrique est qu'il a entraîné le sous-développement des territoires africains de différentes manières. On avance généralement en faveur du colonialisme qu'il a amené l'éducation occidentale et donc la civilisation occidentale sur les rives de l'Afrique, ce qui, par implication, est une contribution positive à l'Afrique.
développement. Cet argument paraîtra vrai en surface ou superficiellement, mais s'il est soumis à une analyse critique, il révélera le vide ou le vide de l'éducation coloniale qui est en partie responsable du sous-développement actuel de l'Afrique. L'éducation coloniale n'était pas enracinée dans la culture africaine et donc
ne pouvait pas favoriser un développement significatif au sein de l'environnement africain car il n'avait aucun lien organique.
En outre, l'éducation coloniale était essentiellement littéraire; il n'avait aucune base technologique et donc antithétique au développement réel ou industriel.

La faible base technologique de la plupart des États africains actuels, qui a été responsable de leur sous-développement, découle de leur piètre base d'éducation posée par les colonialistes. L’éducation coloniale vise essentiellement à former des commis, des interprètes, des inspecteurs de production, des artisans, etc., ce qui les aidera à exploiter les riches ressources de l’Afrique. L’éducation coloniale n’a pas pour objectif l’industrialisation des territoires africains ou la stimulation du développement technologique dans l’environnement africain. L'éducation coloniale a entraîné une distorsion et une désarticulation du modèle d'éducation autochtone africain qui était enraciné dans la technologie africaine. Avant d'adopter pleinement l'éducation coloniale, les Africains étaient de bons technologues, progressant à leur rythme avec les ressources de leur environnement. Par exemple, les Africains étaient de bons sculpteurs, sculpteurs, tisserands, mineurs, forgerons, etc.

Ils ont su fournir et satisfaire les besoins technologiques des différentes sociétés africaines. L'introduction de l'éducation coloniale a poussé les Africains à abandonner leurs compétences technologiques et leur éducation indigènes de préférence à une éducation qui met principalement l'accent sur la lecture.
et l'écriture. C'était le prélude ou le fondement de la pauvre base technologique actuelle des États africains qui a perpétué leur sous-développement. Comme nous le savons, une éducation qui n’est pas profondément enracinée dans la culture et l’environnement d’un peuple ne peut pas entraîner de progrès technologique significatif. Cela a bien été montré
dans la tentative infructueuse du soi-disant transfert technologique, qui est plus un mythe que la réalité.
Un autre impact important du colonialisme en Afrique est la désarticulation de leur économie. Le colonialisme a déformé le modèle africain de développement économique de nombreuses manières différentes. Il y avait une désarticulation dans la production de biens, les marchés, les commerçants, les transports, la fourniture de commodités sociales et le modèle d'urbanisation, etc. les colonialistes ont introduit un modèle de division internationale du travail qui était au désavantage des Africains. Ils ont assigné à l'Afrique le rôle de production de matières premières et de produits primaires destinés à être utilisés par leurs industries dans leur pays. Les Africains n'étaient pas autorisés ni encouragés à se lancer dans l'industrie manufacturière. Les seules industries que les Africains étaient encouragés à construire étaient celles qui faciliteraient la transformation des matières premières destinées à l'exportation. Les matières premières africaines étaient achetées à un prix très bas tandis que les produits manufacturés de l'étranger étaient vendus à un prix élevé. Cette situation explique l'appauvrissement de la plupart des Africains.

Il y avait aussi une désarticulation dans le type de biens produits par les Africains. Les colonialistes ont obligé les Africains à se concentrer dans la production de biens destinés à l'exportation. Les Africains n'étaient pas encouragés à produire les biens dont la population locale avait besoin. Cela a poussé de nombreux Africains à abandonner la production de denrées alimentaires nécessaires pour nourrir une population grouillante et croissante. Cela a eu pour effet une pénurie alimentaire et une escalade des prix alimentaires.
La situation actuelle où les Africains importent maintenant leur nourriture est un report du colonialisme. Le point sur lequel on insiste ici est que le colonialisme a faussé la satisfaction des besoins locaux en termes de production alimentaire et d’autres besoins de préférence à la production et à la satisfaction des besoins étrangers, en particulier les industries.

Le colonialisme a également désarticulé les marchés et les échanges africains. Les centres de commercialisation africains traditionnels ou originaux ont été déformés par le colonialisme. La plupart des centres ou itinéraires de commercialisation traditionnels africains ont été créés en fonction des besoins locaux. Lorsque le colonialisme est venu et a introduit un besoin différent, cela a changé les centres de commercialisation originaux ou traditionnels en de nouveaux centres de commercialisation, car cela les a rendus inutiles. Les colons ont créé de nouveaux centres de commercialisation et des itinéraires où les matières premières nécessaires pouvaient être facilement achetées et évacuées chez eux. Cela a conduit à la dégradation progressive ou à la mort de la plupart des centres de commercialisation originaux ou traditionnels, faussant ainsi le modèle africain de développement et d'urbanisation. Comme nous le savons, la plupart de ces centres de marché africains traditionnels constituaient les centres africains traditionnels ou originaux.
Le colonialisme a également orienté le commerce africain vers l'exportation et l'importation.

Il a intégré prématurément le commerce et l'économie africains au marché mondial et au commerce international. C'est un fait connu qu'avant qu'une économie locale s'intègre pleinement dans l'économie ou le commerce mondial, elle doit avoir développé de manière adéquate sa dynamique interne et ses forces de production. Les conséquences d'une intégration prématurée sont que cette économie sera détournée par les plus avancées; et les aléas du commerce international feront du pays concerné un débiteur perpétuel. En outre, une intégration prématurée ne peut pas absorber les chocs du marché international et ne bénéficiera jamais d'une balance commerciale ou d'un avantage comparatif. Le modèle d'orientation export-import de l'économie africaine introduit par le colonialisme ne permet pas les effets d'accélération et de multiplication nécessaires à l'avancement et au développement de l'économie.

Les matières premières produites par les Africains n'étaient pas utilisées par des industries situées en Afrique mais à l'étranger. Par conséquent, il n'y avait pas de lien organique entre le secteur agricole et le secteur industriel en Afrique. Par conséquent, l'économie africaine n'a pas pu avancer parce que le surplus de profit approprié de l'économie par les colonialistes n'est pas réinvesti ou dépensé dans l'économie.
C'est là qu'interviennent les effets accélérateurs et multiplicateurs nécessaires à l'avancement et au développement de l'économie. Comme nous le savons, les biens et services sont vendus à des fins lucratives et génératrices de revenus. Si, par exemple, le Japon, un pays industrialisé vend la télévision Sanyo à un État africain qui pourrait être le Nigéria, l'argent payé pour
produit sert de profit et de revenu pour la société de télévision située au Japon. Si l'entreprise utilise l'argent qui lui est versé pour acheter quelque chose au Japon, cela contribue à accélérer l'économie du Japon. Cet effet accélérateur était totalement absent dans les territoires africains pendant la période du colonialisme. L'absence du facteur / effet accélérateur a créé la propension des Africains à continuer d'importer
continuellement de l'extérieur sans dépendre de leur
propres biens.

De plus, l'effet multiplicateur concerne le réinvestissement du profit approprié d'une économie. Par exemple, dans une économie et des circonstances normales, lorsqu'un profit est tiré d'une économie, il est réinvesti pour stimuler et générer de nouveaux profits. Les bénéfices peuvent être réinvestis dans de nouvelles entreprises au sein de l'économie. Le réinvestissement des bénéfices accumulés dans une économie aide celle-ci à évoluer très rapidement et à générer de nouveaux bénéfices. La capacité des bénéfices réinvestis à dégager de nouveaux bénéfices est appelée effet multiplicateur. Cela était absent de l'économie africaine pendant le colonialisme. En effet, les colonialistes n'ont pas réinvesti les bénéfices provenant de l'économie africaine, mais plutôt transféré les bénéfices à l'étranger pour le développement de leur économie nationale. Cela explique en grande partie le sous-développement actuel de la plupart des économies africaines.

Les colonialistes ont déformé et désarticulé le développement d'un système de transport global en Afrique. Le réseau de transport développé ne devait pas relier différentes villes et zones rurales à des fins de communication et de développement efficaces. Les itinéraires de transport ont été construits par les colonialistes pour leur permettre d'évacuer facilement les matières premières de leurs sources ou de leur base vers le point de destination où elles pourraient être effectivement exportées à l'étranger. Le réseau de transport développé était essentiellement le rail et les ports maritimes. Aucun effort n’a été fait pour développer un réseau routier organisé qui contribuerait à améliorer la vie des peuples africains et leur interaction avec leurs relations dans les différentes parties des territoires. Le système de transport déformé, décousu et désarticulé développé par les colonialistes n'a pas permis une intégration agricole et économique efficace dans les différentes parties des enclaves et territoires africains. Il y a donc eu absence d'intégration économique et de coopération entre les territoires africains pendant la période du colonialisme.

Le colonialisme a également entraîné une désarticulation dans la fourniture d'équipements sociaux et le modèle d'urbanisation en Afrique. La plupart des petits équipements sociaux fournis pendant la période coloniale étaient concentrés dans un endroit.
Cela a incité la plupart des gens à émigrer des zones rurales où ces commodités n'étaient pratiquement pas étendues vers les centres urbains coloniaux où ils pouvaient être trouvés. La conséquence en a été la lutte et la surutilisation de ces équipements et la surpopulation des zones (villes) et les problèmes d'urbanisation qui en résultent. Les problèmes de désarticulation de la fourniture de commodités et d'urbanisation qui en résultent comprennent la migration rurale urbaine, la surpopulation, l'environnement sale et effondré, les mauvaises conditions d'hygiène, la propagation de maladies épidémiques, les vices sociaux, les problèmes tribaux et ethniques, etc. La gestion des problèmes ci-dessus créés par la colonisation la distorsion et la désarticulation des équipements et l'urbanisation en Afrique sont restées l'un des problèmes les plus importants auxquels sont confrontés les États africains aujourd'hui.
Un autre impact important du colonialisme en Afrique a été l'émergence et l'institutionnalisation des classes et de la lutte des classes dans la vie socio-économique et politique du peuple. Le colonialisme a aidé à une émergence et un développement clairs des classes en Afrique. Ces classes comprennent la bourgeoisie compradore, la petite bourgeoisie, le prolétariat et le paysan. La petite bourgeoisie africaine sert de tapis roulant à travers lequel les colonialistes ont exploité et siphonné l'économie des pays africains. Il y a une grande harmonie d'intérêts entre la petite bourgeoisie africaine et la bourgeoisie compradore européenne. C'est pourquoi, pendant la période d'indépendance politique, ce sont les petits-bourgeois africains qui ont pris le contrôle du leadership. Les petits-bourgeois africains ont maintenu les mêmes relations avec les anciens maîtres coloniaux et c'est pourquoi ils dirigent l'économie et l'administration politique de leurs États de la même manière que les colonialistes.

La plupart des dirigeants africains ou petits-bourgeois entretiennent des liens étroits avec leurs anciens maîtres coloniaux. La petite bourgeoisie africaine a maintenu la longue exploitation du prolétariat et des classes paysannes.
La nature rampante et complexe de l'instabilité politique et du malaise socio-économique que connaissent aujourd'hui la plupart des États africains a recours à la nature et au caractère des classes introduites en Afrique par le colonialisme.
Les ressources économiques et autres de l'Afrique sont partagées entre la petite bourgeoisie et leurs homologues européens / coloniaux, même à cette époque contemporaine. La nature de la lutte pour le pouvoir politique et la répartition des richesses ainsi que des ressources économiques dans l'État africain contemporain reflètent la compréhension et l'harmonie des intérêts entre la petite bourgeoisie africaine et ses partenaires / amis coloniaux. L'appauvrissement sévère de la plupart des Africains par leurs dirigeants petits-bourgeois et la marginalisation ainsi que l'oppression des masses par ceux qui ont accès au pouvoir étatique sont le fruit du colonialisme ou de la gueule de bois coloniale entre les États africains.

Conclusion



La colonisation de l'Afrique n'a pas été très facile. Les colonialistes se sont battus avec les chefs et les intermédiaires africains sur la côte avant de pouvoir pénétrer dans l'arrière-pays ou l'intérieur.
Les raisons de l'acquisition de colonies par les colonialistes, comme nous l'avons mentionné précédemment, comprennent: le besoin de matières premières; la recherche d'un nouveau marché pour les industries métropolitaines où les surplus de produits manufacturés résultant de la révolution industrielle pourraient être vendus; la nécessité de fournir plus de nourriture à la population industrielle urbaine croissante; et la nécessité de trouver un endroit où le surplus de profit accumulé de la révolution industrielle pourrait être investi pour faire plus de profit.

Les colonies ou territoires africains ont été regroupés en différentes catégories. Il y avait des colonies qui étaient des sources de minéraux; colonies pour les cultures de plantation; colonies pour la colonisation européenne et colonies pour la production paysanne. Les colonies sous les trois premières catégories comprennent le Congo, l'Afrique du Sud, le Zimbabwe, etc. Les colonies sous la dernière catégorie qui est la production paysanne comprennent le Nigéria, le Ghana, etc., également certaines des colonies étaient
sélectionnés comme main-d’œuvre réservée tandis que d’autres n’étaient que des zones commerciales.

Les colonialistes avaient des politiques différentes pour leurs colonies. Par exemple, la Grande-Bretagne a utilisé le système de la règle indirecte. La politique de règle indirecte concerne le gouvernement du peuple par le biais de son propre peuple ou d'institutions traditionnelles sous une étroite supervision du gouvernement britannique. Les Français, autre grande puissance européenne colonisatrice en Afrique, ont également utilisé la politique d'assimilation et d'association.
L'assimilation concerne l'intégration totale des colonies coloniales françaises dans le principal gouvernement français à Paris. La politique d'association est venue à un stade ultérieur en raison des problèmes rencontrés par le gouvernement français lors de la mise en œuvre initiale de la politique d'assimilation. Les Français ont assimilé les «assimilables» et associés aux «inassimilables». En Belgique-Congo, la politique était différente de celle des Britanniques et des Français, et cela s'appliquait également à d'autres puissances colonisatrices européennes en Afrique.

Le colonialisme a eu un effet ou un impact dévastateur sur les colonies africaines. Il est responsable de la situation actuelle expliquée par Walter Rodney dans son livre, How Europe Underdeveloped Africa. En outre, ce fait a été clairement exprimé à Chinweizu, à l'Ouest et au reste d'entre nous.
Le colonialisme a introduit une dichotomie entre les nations du centre et de la périphérie. Les nations de la périphérie sont exploitées par les nations du centre. Les pays de la périphérie produisent des matières premières qui sont expropriées par les nations du centre. L'Afrique est une nation périphérique du fait de sa colonisation. Les colonies africaines ont produit des matières premières qui ont été expropriées par les colonialistes (nations du centre).

En outre, le colonialisme a introduit une double structure économique au sein de l'économie africaine. Cela a également entraîné la désarticulation de l'économie africaine, de l'éducation, du commerce, du marché, des transports et des institutions monétaires. Le colonialisme a rendu les colonies africaines dépendantes en introduisant une économie monoculturelle pour les territoires. Il a également déshumanisé la main-d’œuvre et les commerçants africains. Cela a forcé les Africains à
travaillent dans des plantations coloniales à des salaires très bas et les ont déplacés de leurs terres. De même, les affaires des commerçants ou intermédiaires africains leur ont été reprises et contrôlées par les colonialistes.

Le colonialisme n'a pas permis l'industrialisation de l'Afrique. Elle attribue à l'Afrique le rôle de production de biens primaires ou de matières premières dans la division internationale du travail. Le colonialisme a encouragé et intensifié la lutte des classes, le tribalisme et l'ethnicité au sein des colonies africaines. C'étaient des stratégies introduites par les colonialistes pour perpétuer ou prolonger leur domination et leur domination sur les territoires africains. Un exemple est la politique coloniale britannique de «diviser pour régner» au Nigéria. Enfin, le colonialisme a façonné à la fois la structure économique et politique des colonies africaines pour qu'elle corresponde aux besoins de la métropole. Il a veillé à ce que les structures économiques et politiques africaines, tant dans leur forme que dans leur contenu, servent les intérêts de leur gouvernement d'origine (puissances européennes).
Le colonialisme donc, à toutes fins utiles, ne rendait pas service à l’Afrique.



Ajouter une réponse

Votre message :

:

Votre prénom:

Votre email:

:



A voir aussi :





Qui est Réponse Rapide?

Réponse rapide est un site internet communautaire. Son objectif premier est de permettre à ses membres et visiteurs de poser leurs questions et d’avoir des réponses en si peu de temps.

Quelques avantages de réponse rapide :

Vous n’avez pas besoins d’être inscrit pour poser ou répondre aux questions.
Les réponses et les questions des visiteurs sont vérifiées avant leurs publications.
Parmi nos membres, des experts sont là pour répondre à vos questions.
Vous posez vos questions et vous recevez des réponses en si peu de temps.

Note :

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus