Catégorie > People

Biographie de Chinua Achebe

Posté par Helper le 21/04/2021 à 19:00:01

Chinua Achebe est considéré par de nombreux critiques et enseignants comme l'écrivain africain le plus influent de sa génération. Ses écrits, y compris le roman Le monde s'effondre , ont présenté aux lecteurs du monde entier des utilisations créatives du langage et de la forme, ainsi que des récits factuels internes de la vie et de l'histoire de l'Afrique moderne. Non seulement par ses contributions littéraires, mais aussi par sa défense d'objectifs audacieux pour le Nigéria et l'Afrique, Achebe a contribué à remodeler la perception de l'histoire, de la culture et de la place de l'Afrique dans les affaires mondiales.

Le premier roman d'Achebe, Le monde s'effondre , est reconnu comme un classique littéraire et est enseigné et lu partout dans le monde anglophone. Le roman a été traduit dans au moins quarante-cinq langues et s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaires. Un an après sa publication, le livre a remporté le Margaret Wong Memorial Prize, un prix littéraire majeur.

Achebe est né dans la ville Igbo (anciennement orthographié Ibo ) d'Ogidi dans l'est du Nigéria le 16 novembre 1930, le cinquième enfant d'Isaïe Okafor Achebe et de Janet Iloegbunam Achebe. Son père était instructeur de catéchisme chrétien pour la Church Missionary Society. Le Nigéria était une colonie britannique pendant les premières années d'Achebe, et les familles anglophones éduquées comme les Achebes occupaient une position privilégiée dans la structure du pouvoir nigérian. Ses parents l'ont même nommé Albert, du nom du prince Albert, époux de la reine Victoria de Grande-Bretagne. (Achebe lui-même a choisi son nom Igbo quand il était à l'université.)

Éducation



Achebe a fréquenté l'école de la Church Missionary Society, où la principale langue d'enseignement pendant les deux premières années était l'igbo. Vers huit heures, il a commencé à apprendre l'anglais. Son introduction relativement tardive à l'anglais a permis à Achebe de développer un sentiment de fierté culturelle et une appréciation de sa langue maternelle - des valeurs qui n'auraient peut-être pas été cultivées s'il avait été élevé et enseigné exclusivement en anglais. La maison d'Achebe a favorisé sa compréhension des deux cultures: il a lu des livres en anglais dans la bibliothèque de son père, et il a passé des heures à écouter sa mère et sa sœur raconter des histoires traditionnelles Igbo.

À quatorze ans, Achebe a été sélectionnée pour fréquenter le Government College d'Umuahia, l'équivalent d'une école préparatoire à l'université et considérée comme la meilleure d'Afrique de l'Ouest. Achebe a excellé dans ses études et, après avoir obtenu son diplôme à dix-huit ans, il a été accepté pour étudier la médecine au nouveau University College d'Ibadan, un collège membre de l'Université de Londres à l'époque. La demande de Nigérians instruits au sein du gouvernement a été accrue parce que le Nigéria se préparait à l'autonomie et à l'indépendance. Ce n’est qu’avec un diplôme universitaire qu’un Nigérian est susceptible d’entrer dans les échelons supérieurs de la fonction publique.

Le nationalisme croissant au Nigéria n'a pas été perdu pour Achebe. À l'université, il abandonna son nom anglais «Albert» au profit du nom Igbo «Chinua», abréviation de Chinualumogo. Tout comme les noms Igbo dans Le monde s'effondre ont des significations littérales, Chinualumogo est traduit par «Mon esprit vient se battre pour moi».

Au University College, Achebe a orienté ses études vers les arts libéraux, y compris l'histoire, la religion et l'anglais. Ses premières histoires publiées sont parues dans la publication étudiante de l' University Herald . Ces histoires ont été réimprimées dans la collection Girls at War and Other Stories , qui a été publiée en 1972. Parmi ses écrits d'étudiants, seuls quelques-uns sont significativement relatifs à ses œuvres plus mûres; des histoires courtes telles que «Le mariage est une affaire privée» et «Le chemin de l'homme mort» explorent les conflits qui surgissent lorsque la culture occidentale rencontre la société africaine.

Faits saillants de la carrière



Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts en 1953, Achebe a rejoint la Nigerian Broadcasting Corporation en tant que producteur de conférences radiophoniques. En 1956, il se rend à Londres pour fréquenter la British Broadcasting Corporation (BBC) Staff School. Pendant son séjour à Londres, il a soumis le manuscrit de Le monde s'effondre à un éditeur, avec l'encouragement et le soutien de l'un de ses instructeurs de la BBC, un écrivain et critique littéraire. Le roman a été publié en 1958 par Heinemann, une maison d'édition qui a commencé une longue relation avec Achebe et son travail. La renommée est venue presque instantanément. Achebe a dit qu'il n'avait jamais vécu la vie d'un écrivain en difficulté.

À son retour au Nigéria, Achebe a augmenté rapidement au sein de la Nigerian Broadcasting Corporation. En tant que fondateur et directeur de Voice of Nigeria en 1961, Achebe et ses collègues avaient pour objectif de développer plus d'identité et d'unité nationales à travers des programmes de radio mettant en valeur les affaires et la culture nigérianes.

Problèmes politiques



Les troubles au Nigéria de 1966 à 1972 ont été accompagnés de troubles pour Achebe. En 1966, de jeunes officiers Igbo de l'armée nigériane ont organisé un coup d'État. Six mois plus tard, un autre coup d'État par des officiers non Igbo a renversé le gouvernement dirigé par les Igbo. Le nouveau gouvernement a ciblé Achebe pour la persécution, sachant que ses opinions n'étaient pas favorables au nouveau régime. Achebe s'est enfui à Nsukka, dans l'est du Nigéria, qui parle principalement Igbo, et il est devenu chercheur principal à l'Université du Nigéria, Nsukka. En 1967, la partie orientale du Nigéria a déclaré son indépendance en tant que nation du Biafra. Cet incident a déclenché trente mois de guerre civile qui n'a pris fin que lorsque le Biafra a été vaincu. Achebe s'est ensuite enfui en Europe et en Amérique, où il a écrit et parlé des affaires du Biafra.

Écriture ultérieure



Comme de nombreux autres écrivains africains, Achebe estime que les œuvres artistiques et littéraires doivent traiter avant tout des problèmes de société. Il a dit que «l'art est, et a toujours été, au service de l'homme» plutôt qu'une fin en soi, sans rendre compte à personne. Il croit que "toute bonne histoire, tout bon roman, doit avoir un message, doit avoir un but".

Poursuivant sa relation avec Heinemann, Achebe a publié quatre autres romans: No Longer at Ease (la suite de 1960 à Le monde s'effondre ), Arrow of God (1964), A Man of the People (1966) et Anthills of the Savannah (1987) . Il a également écrit et publié plusieurs livres pour enfants qui expriment ses opinions de base sous des formes et un langage compréhensibles pour les jeunes lecteurs.

Dans ses livres ultérieurs, Achebe affronte les problèmes auxquels sont confrontés le Nigéria et d'autres nations africaines nouvellement indépendantes. Il attribue les problèmes de la nation au manque de leadership au Nigéria depuis son indépendance. En 1983, il a publié The Trouble with Nigeria , une critique des politiciens corrompus dans son pays. Achebe a également publié deux recueils de nouvelles et trois recueils d'essais. Il est l'éditeur fondateur de la série African Writers de Heinemann; le fondateur et éditeur de Uwa Ndi Igbo : un journal bilingue de la vie et des arts Igbo ; et le rédacteur en chef du magazine Okike , le principal journal nigérian de nouveaux écrits.

Prix ​​d'enseignement et de littérature

En plus de sa carrière d'écrivain, Achebe a maintenu une carrière d'enseignant active. En 1972, il a été nommé à un poste de professeur invité de trois ans à l'Université du Massachusetts à Amherst et, en 1975, à un poste de professeur invité d'un an à l'Université du Connecticut. En 1976, les choses étant suffisamment calmes au Nigéria, il est revenu comme professeur d'anglais à l'Université du Nigéria, Nsukka, à laquelle il était affilié depuis 1966. En 1990, il est devenu le Charles P. Stevenson, Jr., professeur de littérature au Bard College, Annandale, New York.

Achebe a reçu de nombreux prix d'institutions académiques et culturelles du monde entier. En 1959, il a remporté le Margaret Wong Memorial Prize for Le monde s'effondre . L'année suivante, après la publication de sa suite, No Longer At Ease , il reçoit le Trophée national nigérian de la littérature. Son livre de poésie, Noël au Biafra , écrit pendant la guerre civile nigériane, a remporté le premier Commonwealth Poetry Prize en 1972. Plus de vingt universités en Grande-Bretagne, au Canada, au Nigéria et aux États-Unis ont décerné des diplômes honorifiques à Achebe.

Achebe est décédé le 21 mars 2013. Il avait 82 ans.



Ajouter une réponse

Votre message :

:

Votre prénom:

Votre email:

:



A voir aussi :





Qui est Réponse Rapide?

Réponse rapide est un site internet communautaire. Son objectif premier est de permettre à ses membres et visiteurs de poser leurs questions et d’avoir des réponses en si peu de temps.

Quelques avantages de réponse rapide :

Vous n’avez pas besoins d’être inscrit pour poser ou répondre aux questions.
Les réponses et les questions des visiteurs sont vérifiées avant leurs publications.
Parmi nos membres, des experts sont là pour répondre à vos questions.
Vous posez vos questions et vous recevez des réponses en si peu de temps.

Note :

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus