Catégorie > People

Biographie de Stendhal

Posté par Helper le 20/04/2021 à 20:19:36

Henri Beyle (Stendhal) est né en 1783, à Grenoble, dans une famille respectable et bourgeoise. Chérubin Beyle, le père de Stendhal, réactionnaire en politique, était un bourgeois industrieux et borné, qu'Henri détestait et auquel il désigna plus tard le «bâtard». Stendhal aimait tendrement sa mère, mais cette charmante femme, dont Stendhal aimait à penser qu'elle était d'origine italienne, mourut alors qu'il n'avait que sept ans. Plus tard, il idéalisa sa mémoire tout comme il exagéra la médiocrité de son père. D'un caractère fougueux et rebelle, Stendhal se déclara très tôt athée et «jacobin», ou libéral - une expression de révolte, sans doute, contre son père.

Stendhal a étudié à l'Ecole Centrale de Grenoble jusqu'en 1799, excellant en mathématiques et en art. Assoiffé d'aventure, il se rend à Paris, et obtient une commission dans l'armée, séjourne brièvement en Italie, pays qu'il aime au-dessus de la France. De retour à Paris, Stendhal démissionne de l'armée et de 1802 à 1806, il étudie les philosophes matérialistes du XVIIIe siècle Helvétius et Cabanis, et aspire sans succès à devenir dramaturge. Un parent hautement placé a obtenu pour Stendhal une position administrative dans l'armée qui l'a emmené en Allemagne, avec des voyages périodiques à Paris. En 1812, il participe à la retraite russe de Napoléon.

Les premiers efforts littéraires de Stendhal furent des biographies, Vies de Haydn, de Mozart et de Métastase, écrites en 1815 à Milan, où il vécut en dilettante, fraternisant avec les libéraux italiens, se délectant de l'art et de la musique italiens. Il était tellement épris de l'Italie, et en particulier de Milan, qu'il demanda que son épitaphe dise: «Henri Beyle, Milanais». Il croyait que l'Italie offrait une atmosphère plus propice à la poursuite du culte de l'énergie que la France post-napoléonienne plus prosaïque. Se tournant vers la critique d'art, il écrit Histoire de la peinture en Italie (1817), et s'adressant au tourisme, Rome, Naples et Florence (1817).

L'histoire d'amour infructueuse de Stendhal avec Méthilde Dembowski l'a inspiré à écrire le traité autobiographique De l'Amour (1822). Méthilde a servi de modèle pour diverses héroïnes ultérieures de Stendhal. Le traité analyse le mécanisme de l'amour tel que Stendhal l'avait observé opérer en lui-même. La deuxième partie de l'ouvrage est une étude pseudo-sociologique visant à montrer comment le tempérament rationnel influence et modifie le mécanisme de l'amour. Stendhal a été contraint de quitter Milan en 1821 en raison de ses convictions politiques libérales.

De retour à Paris de 1821 à 1830, Stendhal connaît des difficultés financières. En 1823 et 1825, il publie respectivement les parties I et II de Racine et Shakespeare, dans lesquelles il loue Shakespeare comme supérieur en analyse psychologique au Racine classique. L'œuvre élabore la vision romantique dominante de l'esthétique qui proclame le relativisme de la beauté. Stendhal a vu dans le romantisme la dernière manifestation du beau. Dans la deuxième partie de l'ouvrage, Stendhal s'est adressé à la bande dessinée, a tenté de la définir et a proclamé Molière, le génie de la bande dessinée classique française, comme un anachronisme littéraire. Stendhal ne semblait favoriser Shakespeare que lorsque celui-ci italianisait ses pièces. Le culte de l'énergie de Stendhal l'a amené à exécrer des contemplatifs tels que Hamlet.

À l'âge de quarante-quatre ans, Stendhal écrivit son premier roman, Armance,ce que ni ses amis ni le public n'ont acclamé. Il s'agissait d'une étude psychologique d'Octave, un impuissant qui finit par se suicider. L'anomalie physique d'Octave préfigure et symbolise l'incapacité du héros stendhalien à accepter la vie offerte par la société de restauration. Le thème stendhalien de la recherche du bonheur individuel est déjà apparent, mais Octave échoue dans sa recherche, préférant le suicide au compromis comme solution à son dilemme. La propre réserve de Stendhal et les mœurs dominantes l'ont empêché de clarifier la nature de l'affliction d'Octave pour le lecteur, et l'ambiguïté qui en résultait était la raison pour laquelle le public trouvait le héros énigmatique. La société à laquelle Octave s'oppose à une telle violence n'est pas minutieusement décrite par le romancier, donc la dimension sociale du roman n'est pas convaincante.

Se détournant du roman, Stendhal composa Promenades dans Rome (1829), en utilisant des surplus de ses récits de voyage antérieurs et des notes offertes par un cousin. L'ouvrage a été appelé un guide glorifié, ce qui signifie que les perceptions et les impressions originales de Stendhal éclairent de nombreuses pages de ce qui autrement serait simplement un livre de tourisme. Dans cet ouvrage, Stendhal a de nouveau exposé le concept de relativisme en esthétique, proclamant que le concept du beau varie d'âge en âge et selon les cultures.

La note réaliste qui traverse les efforts littéraires de Stendhal - fictifs, biographiques, documentaires, critiques et journalistiques - découle de son besoin de s'ancrer solidement dans la réalité comme point de départ. Tout ce qu'il a écrit commence dans le domaine des faits. Il impose ses impressions et transforme la réalité, mais c'est une réalité extérieure à lui-même qui fournit l'intrigue ou le sujet.

Ainsi, Le Rouge et le Noir, Chronique du XIXe siècle,écrit en 1829 et publié en 1831, fictionnalise et élabore un événement réel dont Stendhal avait lu dans les procès-verbaux des procédures judiciaires. Le personnage historique qui servit de modèle à Julien Sorel était un certain Antoine Berthet, condamné, comme Julien, pour meurtre en décembre 1827, à Grenoble. Berthet était le fils d'un forgeron Brangues. A vingt ans, il devint précepteur au domicile d'un dignitaire local, M. Michoud, et devint probablement l'amant de Mme. Michoud. En quittant la maison Michoud, Berthet entra dans un séminaire à Belley, dont il fut renvoyé comme indésirable. De là, il se rendit comme précepteur chez M. de Cordon. Il a eu une liaison avec la fille de ce dernier et a été renvoyé. Désespérée, sans avenir ni poste, mais toujours amoureuse de Mme. Michoud, Berthet a commencé à écrire des lettres de menaces à Mme. Michoud, l'accusant d'infidélité à son égard et de calomnie, la tenant responsable de son échec. Ses intimidations et ses menaces ont finalement amené M. Michoud à trouver un poste pour Berthet chez des cousins. Un dimanche, cependant, Antoine rentra à Brangues, suivit Mme. Michoud à l'église et lui a tiré dessus pendant le service.

L'histoire de Berthet, réduite à ce schéma, est l'histoire de Julien Sorel, héros du roman. Les trois étapes successives de l'aventure de Julien ont leurs homologues dans la vie de Berthet. Peu de détails sur la troisième phase de la vie de Berthet étaient disponibles dans les archives du procès de Grenoble, et Stendhal a été contraint de s'écarter des faits dans sa création des expériences de Julien avec Mathilde dans l'épisode Mole. Les critiques débattent encore de la réussite de Stendhal à s'extirper du dilemme résultant de la divergence implicite dans les carrières de Julien et d'Antoine dans la troisième phase.

Le roman a également des dimensions politiques et sociales. L'histoire de l'individu, Julien, est racontée sur fond d'événements contemporains. Une variation du sous-titre donné par Stendhal au roman Chronique de 1830 - attire l'attention sur les circonstances de la composition du roman et sur ses implications politiques. Stendhal a conçu le roman à la fin du règne autocratique de Charles X, et bien que le romancier prévoyait la révolution qui renversa la dynastie des Bourbons en 1830, il n'osa le publier que l'année suivante.

De même que la position de Stendhal vis-à-vis de son temps était celle de la révolte, ses protagonistes, en tant que projections de lui-même, sont dépeints comme étant en conflit avec leur milieu. Julien Sorel est un étranger, un paysan, nourri par l'exemple de Napoléon, l'officier devenu empereur, qui deviendrait aristocrate dans une société de castes où l'égalité promise par la révolution n'était plus une possibilité.

Le héros stendhalien sans obstacles insurmontables ne serait plus un héros, et d'ailleurs, il ne serait pas du tout digne d'être représenté par l'analyse. Puisque l'idéal stendhalien de l'homme supérieur engagé dans l'élaboration d'un art de vivre pour lui assurer le bonheur n'est concevable que dans une posture négative de révolte, la société se présente tout naturellement dans le rôle de l'obstacle. Julien n'a pas seulement le monde extérieur pour obstacle, il est également doté d'une nature contradictoire qui aggrave son dilemme. Son extrême sensibilité, sa vertu et sa générosité l'empêcheront de réussir comme le parvenu bourgeois sans scrupules et calculateur, Valenod.

Le roman présente le conflit à deux niveaux: la lutte intérieure de Julien est menée entre l'ambition et une prédisposition à un bonheur idyllique; et son conflit contre la société engage les deux aspects de sa nature.

Les aspects sociaux et politiques du roman sont inséparablement fusionnés avec l'étude psychologique d'un être supérieur, et cette fusion constitue l'unité artistique de l'œuvre. Une telle unité organique faisait défaut à Armance.

Ce roman démontre la conviction de Stendhal que l'art est l'expression d'une émotion intense, présentée avec simplicité et franchise. Le lecteur, espérait Stendhal, serait secoué par ce qu'il lisait et participerait en visualisant, en expérimentant personnellement la narration. Bien que Stendhal possédait l'extrême sensibilité d'une femme, comme il le disait, il réagit violemment contre les effusions personnelles et la subjectivité débridée des romantiques. Il croyait que même la passion avait sa modestie. Par conséquent, Stendhal vérifie et contrôle soigneusement l'expression des émotions de Julien comme il le fait pour les siennes.

La présentation du personnage de Stendhal alterne analyse omnisciente et monologue intérieur. Les deux méthodes sont caractérisées par des omissions transitoires, qui témoignent du «pudeur» de Stendhal, son refus d'être pénétré par une autre conscience, et par des réactions affectives soudaines, apparemment spontanées, qui surprennent les personnages eux-mêmes autant que le lecteur, et qui démontrent de manière réaliste l'autonomie des émotions. Ces secousses soudaines vécues par les personnages au fur et à mesure qu'ils se découvrent et la narration rapide de Stendhal créent un air de tension qui intrigue le lecteur.

Disciple des matérialistes du XVIIIe siècle et précurseur, à cet égard, du déterminisme du naturalisme, Stendhal a conçu la formation de l'esprit et du caractère de l'homme comme résultant d'expériences qu'il subit avec la réalité extérieure. Il met donc ses personnages dans des situations typiques de la vie quotidienne et les regarde réagir.

Après l'accession au trône de Louis-Philippe, le roi bourgeois, Stendhal obtint une nomination comme consul à Civita-Vecchia, en Italie, où il servit de 1831 à 1836. Pendant ce temps, il écrivit ses autobiographies, Souvenirs d'Egotisme, la Vie de Henry Brulard, et un roman inachevé, Lucian Leuwen. Celles-ci ont toutes été publiées à titre posthume.

Henry Brulard n'est que l'un des dizaines de pseudonymes que Stendhal a adoptés et rejetés au cours de sa vie. L'œuvre explore ses débuts à l'adolescence et a été motivée par son besoin de se connaître. C'est l'antithèse des Confessions de Rousseau en ce que Stendhal, typiquement rigoureusement auto-exigeant, est franc et véridique au point de se déprécier. Il reconstitue sa formation intellectuelle et émotionnelle à Grenoble. Bien que l'ouvrage regorge d'inexactitudes historiques, il présente un compte rendu précis des réactions psychologiques de l'enfant et de l'adolescent.

Les Souvenirs d'Egotisme retracent les dernières années, plus précisément les dernières années de la Restauration. Stendhal a abandonné ses tentatives autobiographiques en raison de son incapacité à résoudre le conflit intérieur qu'elles inspiraient. Même s'il ressentait le besoin impérieux de se connaître, il était constamment arrêté par son sens aigu de la modestie et de la réserve.

Lucien Leuwen oppose à nouveau satiriquement un protagoniste de la scène contemporaine, la France politiquement et socialement corrompue de Louis-Philippe. La mélancolie et le calme du roman contrastent d'humeur avec le rouge et le noir tendus .Le héros, Lucien, n'est motivé ni par la passion ni par l'énergie. Plutôt que de s’imposer au monde, il semble subir une influence plus passive et, avec distanciation, méprise ceux avec qui il doit interagir. Il semblerait illustrer la soif de Stendhal de se libérer de toute contrainte. Comme Julien, Lucien est en quête d'identité et de bonheur. Il n'est pas orphelin ou aliéné de la société mais est protégé par son père dans une carrière politique, et si Stendhal avait terminé le roman, Lucien aurait finalement épousé son seul amour, Bathilde, sur le modèle de Méthilde, et aurait vraisemblablement trouvé le bonheur. Dans ce roman, Stendhal s'est donné plus de mal pour rendre en profondeur les personnages moindres. Son inspiration pour le roman est allée au-delà des événements contemporains. L'intrigue qu'il a plagié à partir d'une œuvre qu'un ami avait écrite avec la demande que Stendhal la critique. Stendhal, pas plus que les classicistes du XVIIe siècle, ne ressentait de scrupules à propos du plagiat.

Délaissant temporairement la fiction, Stendhal se tourne à nouveau vers la biographie, Vie de Napoléon (1839), vers les histoires d'aventures tragiques, Chroniques italiennes (1837-39), et vers un autre récit de voyage, Mémoires d'un touriste (1839). Ce dernier est une satire des coutumes et des mœurs de la vie provinciale française.

En l'espace de deux mois à la fin de 1839, Stendhal improvisa son deuxième chef-d'œuvre dans le roman La Chartreuse de Parme. La source était à nouveau historique, une vieille chronique italienne racontant la vie d'Alexandre Farnèse. Bien que l'action du roman de Stendhal se situe au cours du premier tiers du XIXe siècle, les passions violentes et l'individualisme féroce de la Renaissance italienne motivent les personnages. L'amour est le thème de Charterhouse, comme il avait été la préoccupation majeure de la vie de Stendhal, bien que les intrigues politiques et les aventures héroïques abondent.

Fabrice del Dongo suit un peu le modèle du héros stendhalien - il cherche le bonheur - mais dans sa poursuite aventureuse, il est rejoint et protégé par trois autres créatures choisies. Fabrice ne connaît donc pas la solitude sociale de Julien. Il est aimé de sa tante Sanseverina et protégé par son mari, le comte Mosca. En prison, Fabrice tombe amoureux de la fille du geôlier, Clélia, et c'est cet amour qui le change profondément, comme les autres «élus». Fabrice ne répète cependant pas le dénouement projeté de Lucien par un mariage idyllique. Comme Julien, Fabrice n'a droit qu'à un aperçu du bonheur sur cette terre et meurt alors jeune. Dans la séparation de Fabrice d'avec Clélia, il y a de la gloire et l'espoir qu'une union définitive au-delà de cette vie se produira. Plutôt que d'être une créature d'égoïsme, tel que Julien, Fabrice est une âme plus généreuse. Même si la société s'oppose à l'idéal d'individualisme de Stendhal, l'alliance énergique de ces quatre êtres d'exception - Fabrice, Clélia, La Sanseverina et Mosca - semble représenter une sorte de triomphe sur la société. Balzac a fait remarquer que ce roman ne pouvait être vraiment apprécié que par le diplomate, l'homme d'État ou l'homme du monde, tant ses insinuations politiques sont complexes.

Stendhal retourna à son poste consulaire en Italie en 1839, où il commença son dernier roman, Lamiel, destiné à ne jamais être achevé. Au lieu d'un héros, il présente ici une héroïne, Lamiel, qui se distingue encore plus des précédents protagonistes de Stendhal en ce qu'elle n'est animée que par une curiosité avide et rencontre le succès en cédant à l'expression de la spontanéité. Elle est l'aventurière la plus réussie de Stendhal, la plus primitive de ses protagonistes dans son amoralité, passant de la classe paysanne pour devenir la reine de Paris.

À la mort de Stendhal à Paris en 1842, son enterrement au cimetière de Montmartre a été suivi par trois amis fidèles, dont Mérimée. Stendhal avait écrit pour lui-même et pour les «happy few», et sa prédiction qu'il avait pris un billet dans une loterie qui serait tirée en 1935 s'est avérée exacte puisque son public le plus reconnaissant a été celui du vingtième siècle.



Ajouter une réponse

Votre message :

:

Votre prénom:

Votre email:

:



A voir aussi :





Qui est Réponse Rapide?

Réponse rapide est un site internet communautaire. Son objectif premier est de permettre à ses membres et visiteurs de poser leurs questions et d’avoir des réponses en si peu de temps.

Quelques avantages de réponse rapide :

Vous n’avez pas besoins d’être inscrit pour poser ou répondre aux questions.
Les réponses et les questions des visiteurs sont vérifiées avant leurs publications.
Parmi nos membres, des experts sont là pour répondre à vos questions.
Vous posez vos questions et vous recevez des réponses en si peu de temps.

Note :

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus