En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus
Catégorie > Lettre et philosophie

Résumé du livre Les fleurs du mal

Posté par camille le 13/01/2021 à 18:27:01

Les Fleurs du Mal évoque un monde de paradoxe déjà implicite dans le contraste du titre. Le mot «mal» (signifiant à la fois le mal et la maladie) vient signifier la douleur et la misère infligées au locuteur, auxquelles il répond avec mélancolie, anxiété et peur de la mort. Mais pour Baudelaire, il y a aussi quelque chose de séduisant dans le mal. Ainsi, en écrivant Les Fleurs du Mal, Baudelaire disait souvent que son intention était d'extraire la beauté du mal. Contrairement aux poètes traditionnels qui ne s'étaient concentrés que sur le joli simpliste, Baudelaire a choisi d'alimenter son langage avec l'horreur, le péché et le macabre. L'orateur décrit cette dualité dans le poème d'introduction, dans lequel il explique que lui et le lecteur forment les deux faces d'une même pièce. Ensemble, ils jouent ce que Baudelaire a appelé la tragédie de la «dualité» de l'homme. Il voyait l'existence elle-même comme paradoxale, chaque homme ressentant deux inclinations simultanées: l'une vers la grâce et l'élévation de Dieu, l'autre une descente animale vers Satan. Tout comme la beauté physique des fleurs mêlée à la menace abstraite du mal, Baudelaire sentait qu'un extrême ne pouvait exister sans l'autre.

Baudelaire a lutté avec son catholicisme toute sa vie et, ainsi, a fait de la religion un thème prédominant dans sa poésie. Son langage est imprégné d'imagerie biblique, de la colère de Satan, à la crucifixion, à la chute d'Adam et Eve. Il était obsédé par Original Sin, déplorant la perte de son libre arbitre et projetant son sentiment de culpabilité sur des images de femmes. Pourtant, dans la première partie de la section «Spleen et Idéal», Baudelaire met l'accent sur l'harmonie et la perfection d'un monde idéal par sa proximité particulière avec Dieu: il se compare d'abord à une créature divine et martyre dans «L'Albatros» puis se donne pouvoirs divins dans «Élévation», combinant des mots comme «infini», «immensité», «divin» et «planer».

L'orateur a également un pouvoir extraordinaire pour créer, tissant ensemble des paradis abstraits avec des expériences humaines puissantes pour former un monde idéal. Par exemple, dans «Correspondances», l'orateur évoque «l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens / qui chantent, transportent l'âme et le sens». Il a non seulement le pouvoir de donner une voix à des choses silencieuses, mais s'appuie également sur des images de chaleur, de luxe et de plaisir pour invoquer et renforcer les sens du lecteur. Dans «Parfum exotique», le thème du voyage est rendu possible en fermant les yeux et en «respirant le parfum chaud» des seins d'une femme. En effet, lire Baudelaire, c'est ressentir Baudelaire: la profusion de représentations jouissives de chaleur, de son,

Cette première section est consacrée exclusivement à «l'idéal», et Baudelaire s'appuie sur l'abstraction du mythe pour véhiculer la fuite de la réalité et la dérive dans la nostalgie que représente l'idéal. Ce thème rappelle la fuite du poète de la corruption de Paris avec son voyage le long de la Méditerranée. Dans "La Chevelure", l'orateur se réfère de manière indéterminée à "l'Afrique langoureuse et l'Asie passionnée", dont la présence abstraite stimule davantage l'imagination du lecteur avec le symbolisme mythique de "mer", "océan", "ciel" et "oasis". " La figure de la femme contribue en outre à ce monde idéal en tant qu'intermédiaire du bonheur. L'orateur doit soit respirer l'odeur d'une femme, caresser ses cheveux, ou s'engager autrement avec sa présence pour évoquer le paradis qu'il recherche. Son extase fervente dans ce poème vient de la présence sensuelle de son amant: "Le monde ... ô mon amour! Nage sur ton parfum."

L'atmosphère hostile et claustrophobe du monde du locuteur s'exprime le plus éloquemment dans l'échec de sa capacité à aimer. Le poète entend à l'origine que son amour soit une source d'évasion, mais se souvient bientôt de l'impossibilité cruelle de l'amour qui caractérise sa réalité. Pour lui, l'amour n'est qu'une charogne en décomposition. Au lieu de la vie, l'amour lui rappelle la mort: le baiser d'une femme devient venimeux. Baudelaire a souvent parlé de l'amour comme d'une tentative traditionnellement artistique d'échapper à l'ennui. Pourtant, il n'a jamais eu de relation fructueuse et, par conséquent, l'orateur attribue une grande partie de sa rate à des images de femmes, telles que Lady Macbeth et Persephone. Les femmes cruelles et meurtrières, comme la monstrueuse femme vampire dans "The Vampire", sont comparées à un "poignard" qui tranche le cœur de l'orateur. Mais Baudelaire trouve aussi quelque chose de pervers séduisant dans ses images démoniaques de la femme, comme la «Femme Fatale» dans «Ciel discordant» et la «bizarre divinité» dans «Sed non Satiata». Baudelaire a souvent décrit son dégoût pour les images de la nature et a critiqué les femmes pour ce qu'il considérait comme leur proximité avec la nature. Cependant, ce qui ressort de la poésie n'est pas tant la misogynie de Baudelaire que sa faiblesse avouée et son désir insatiable de femmes.

La rate du locuteur implique des pensées de mort, soit sous la forme d'un éventuel suicide, soit de la décomposition progressive de son corps. La maladie, la décomposition et la claustrophobie réduisent le vaste paradis de l'idéal du locuteur à une seule ville opposée à lui. Baudelaire se sentait aliéné de la nouvelle société parisienne qui a émergé après la période de reconstruction de la ville, marchant souvent dans les rues de la ville juste pour regarder les gens et observer leurs mouvements. Cet exil auto-imposé décrit parfaitement le sentiment d'isolement qui imprègne les quatre poèmes «Spleen». Pourtant, si la ville s'aliène et s'isole, elle ne permet pas une réelle autonomie d'aucune sorte: l'imagination du locuteur est hantée par des images de prison, d'araignées, de fantômes et de chauves-souris s'écrasant contre les murs. Contrairement à l'albatros de l'idéal,

Cette restriction d'espace est également une restriction de temps, car l'orateur sent sa mort approcher rapidement. Baudelaire voyait la réalité de la mort comme fondamentalement opposée au voyage imaginé au paradis; c'est plutôt un voyage vers un destin inconnu et terrible. Le «gémissement effrayant» des cloches et les «gémissements obstinés» des fantômes sont d'horribles signes avant-coureurs de la victoire imminente de la rate de l'orateur. Selon le poète, il n'y a pas d'autres sons.



Ajouter une réponse

Votre message :

:

Votre prénom:

Votre email:

:



A voir aussi :





Qui est Réponse Rapide?

Réponse rapide est un site internet communautaire. Son objectif premier est de permettre à ses membres et visiteurs de poser leurs questions et d’avoir des réponses en si peu de temps.

Quelques avantages de réponse rapide :

Vous n’avez pas besoins d’être inscrit pour poser ou répondre aux questions.
Les réponses et les questions des visiteurs sont vérifiées avant leurs publications.
Parmi nos membres, des experts sont là pour répondre à vos questions.
Vous posez vos questions et vous recevez des réponses en si peu de temps.

Note :

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus